Le blog du Moyen Verdon au fil de l'eau

11/10/10

RDV sur http://thoramehaute.canalblog.com

point_i_rondCe blog est mis en sommeil, vous y trouverez toutefois des informations et des documents sur l'histoire du territoire du Moyen Verdon. 

Je vous invite à visiter le blog du Pays de Thorame : http://thoramehaute.canalblog.com

P.G.

Posté par Paul04 à 12:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09/01/10

Troins, une ancienne communauté villageoise oubliée dans la vallée de l'Issole.

100px_Blason_TroinsQui connait encore le village  de Troins dans la vallée de l'Issole ? Cette ancienne communauté, isolée des "grands axes" , se trouve pourtant à deux pas de nos villages. Elle partage une partie de son histoire avec Saint-André qu'elle a rejoint définitivement après la Révolution vers 1791.

Aujourd'hui les différents sites d'implantation de l'ancienne communauté sont à l'abandon complet pourtant ils mériteraient un minimum de mise en valeur et même de sauvegarde (pas une reconstruction, mais simplement préserver l'existant), je pense notamment à la petite église qui présente encore quelques points d'intérêt de par son architecture. D'après mes connaissances, le "chef-lieu" a du être habité tardivement jusque dans la première moitié du XXe siècle. Le nom de Troins (parfois orthographié Troyns), est sorti des mémoires et des cartes ! Sur les cartes IGN comme le cadastre, on ne trouve que Le Seuil, ces "deux lieux" semblent confondus, bien que la distinction ne soit pas évidente à faire aujourd'hui (en l'absence de documents précis), il est permis de supposer que Troins désigne le nom de la communauté dans son ensemble, et Le Seuil, le chef-lieu en particulier (c'est-à-dire un hameau avec quelques maisons agglomérées, une chapelle qui fut église paroissiale avec son petit cimetière, un petit four, et des restes de parcelles de jardins ou de vergers). Il existe des exemples similaires : on peut citer  le cas de Tartonne : où le chef-lieu s'appelle Plan-de-Chaude.

IM000055          d_tail_int_rieur_chapelle

 

 



Vue de la façade extérieure de l'église, remarquez les encadrements en tuf.          Départ de voûte en tuf à l'intérieur de l'église.

La questions des limites de la communauté se posent aussi, car il est difficile de dire si un deuxième site, le lieu-dit La Tour, faisait partie de la même entité. Si l'on en croit la carte (imprécise) de Cassini datant du XVIIIe siècle, ce ne serait pas le cas. Pourtant les deux lieux ne sont distants à vol-d'oiseau que d'un kilomètre. 

Ce lieu mérite également qu'on s'y arrête : situé sur éperon rocheux regardant Saint-André, une tour encore bien droite s'élève sur deux étages, elle est rongée à sa base sur ces 4 côtés, ce qui laisse craindre un effondrement progressif. Pourtant, il ne suffirait que de quelques sacs de béton et de sable et un peu de bonne volonté pour lui assurer la sécurité qu'elle mérite. La présence des tours dans la région est bien connue, mais on en ignore les subtilités. Étaient-elles en liaison visuelle entre elles comme c'est le cas ailleurs ? Comment étaient-elles gardées et par qui ? Il est difficile de répondre à ces questions en l'absence d'étude précise sur le sujet. Ces monuments remontent à une époque médiévale ancienne dont il nous est parvenu que peux d'informations. On ne peut s'empêcher de faire un rapprochement avec la tour de Piégut de Thorame-Basse, elle aussi bien conservée, mais elles ne se ressemblent pas par leur construction. Il est aussi difficile de dire si elles pouvaient communiquer, de toute évidence, il n'y a pas de contact visuel direct possible, il faudrait donc un ou plusieurs relais ; jusqu'à preuve du contraire nous n'en connaissons pas, de plus la tour de l'Issole dispose d'une large ouverture voûtée regardant vers St-André, en revanche le mur nord est aveugle, à moins qu'il y ai eu une ouverture plus haut sous la toiture.

A quelques mètres de la tour sous les broussailles on trouve les restes non moins intéressants d'une petite chapelle. Bien qu'il ne subsiste que le chœur, le revêtement très soigné du mur intérieur en pierres de tailles de petite dimension est encore visible. La disparition de l'édifice dans la végétation est plutôt récente, au milieu des années 1930, l'abside du chœur était encore bien visible (comme en témoigne une photo retrouvée dans un album de famille).

Ce lieu de la Tour est aussi connu dans l'histoire récente. Durant le Seconde guerre mondiale, une ferme située à proximité des vestiges abritait un groupe de résistants, les nazis prévenus de cette occupation ont incendié la ferme (dont on voit encore les ruines).  Sur le départ du chemin, le long de la Départementale 2, un panneau en bois rappelle le sacrifice des Résistants.

Ces lieux sortiront-ils un jour de leur sommeil ? Rien n'est moins sûr tant ils semblent méconnus. De faibles moyens financiers et matériels suffiraient pourtant à stopper l'érosion.

Pour en savoir plus et voir des photos de la Tour consulter le site personnel dédié au patronyme Truoin.

Paul Giraud
Cet article a été publié sur thoramehaute.canalblog.com en octobre 2009.
 

Posté par Paul04 à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Une étude sur le développement touristique du Moyen Verdon

logo_ccmv

Une nouvelle étude touristique a été lancée par les communautés de communes du Moyen Verdon et du Teillon  (Demandolx, Peyroules et Soleihas). Le bureau d'étude Atemia, le même qui s'est penché sur la mise en tourisme du patrimoine du  du Pays A3V (voir article dédié), a mis en place nouveau site internet qui propose notamment des sondages à destination des professionnels du tourisme, mais aussi des résidents permanents.  Le déroulement précis de l'étude n'est pas donné mais il est question cette fois de parvenir à un diagnostic partagé aboutissant sur des propositions d'actions concrètes... En revanche, le lien n'est pas fait avec le précédent projet à l'échelle  du Pays A3V de "mise en tourisme du patrimoine" qui concernait le buffet de la gare de Thorame, l'alambic de Barrême et la ... Le dernier numéro de "Aux sources du Verdon"  (n°9) est tout aussi muet sur la question. On trouve en revanche quelques traces du projet sur la lettre d'information d'Atemia de décembre : "Parmi nos actions menées en 2009, nous avons conçu un réseau de sites muséographiques reliés par le chemin de fer (Projet « Savoir-faire et faire savoir »). Dans cet exemple, le déplacement devient même un moteur de découverte et de divertissement." Idée séduisante a priori.


27/07/09

La famille d'Autane au coeur de l'histoire de la région.

"Originaire du Dauphiné, cette famille a participé aux croisades, comme le montre leurs armoiries ornées d'une croix alisée rouge sur fond d'argent. Le premier membre de cette famille qui s'installa à Allons fut un des fils de Jean d'AUTANE et d'Esprite de CHARAVEL. Comme la famille REQUISTON, la famille d'AUTANE avait des membres qui vivaient en permanence à Allons.

Pierre d'AUTANE était officier des dragons, lorsqu'il vint s'établir en Haute-Provence et épouser Margueritte de REQUISTON. C'est ce mariage, célébré le 1° mai 1594, qui lui apporta une portion des terres d'Allons. Sa femme lui donna trois fils: Charles, Jean et Scipion.

Scipion d'AUTANE, seigneur d'Allons, épousa Eléonor de GALICE le 5 septembre 1632. Ils eurent deux enfants:

Charles d'AUTANE, qui se maria à Honorade de FERRIS. Leur fils, officier de cavalerie, est mort sans postérité en Pologne.

Jean-Jacques d'AUTANE se maria à Jeanne de MONTBLANC le 15 février 1678. Ils eurent quatre enfants: Charles d'AUTANE (1680, 1758 à Allons), Anne-Marie d'AUTANE (1695, ?) qui épousa Jean-Baptiste SIMON, un bourgeois de la Mure, en 1720, François d'AUTANE (1699 1772) qui devint prêtre après avoir été curé de Vergons et Jean d'AUTANE.

Sur la place du village, on peut encore voir le château de la famille d'AUTANE. Le corps central fut construit à une époque qui demeure encore inconnue mais les deux parties lattérales furent ajoutées en 1740 (l'aile ouest est une chapelle), suite à l'enrichissement d'un membre de cette famille. En effet, Charles d'AUTANE qui devint prévot de Rosk, un diocèse de Varsovie en Pologne, rencontra un personnage très riche au cours d'un de ses voyages sur mer. Ce dernier tomba malade au cours de la traversée, il demanda les secours de la religion auprès de l'abbé d'AUTANE et lui fit don de tous ses biens avant de mourir. L'enrichissement soudain de cet abbé dut profiter à sa famille car elle posséda alors la plus grande partie des terres d'Allons, jusqu'à la Révolution.

Son frère, Jean d'AUTANE, seigneur d'Allons, se maria avec Françoise de la MOTIERE d'HENRY, une Allonsaise, le 6 février 1723. Ils eurent quatre enfants: Jean-Charles d'AUTANE, né le 2 janvier 1726, Antoine d'AUTANE, né le 13 février 1728 décéda deux mois plus tard, François d'AUTANE, né le 1° avril 1729 mort à Paris en 1765 et enfin Jeanne-Marie d'AUTANE qui épousa à Mezel, le 21 avril 1743, Louis-Bernard de CONSTANS.

Jean-Charles d'AUTANE laissa de terribles souvenirs aux Allonsais car il fit appliquer de façon très stricte ses droits seigneuriaux. Dans leur ouvrage consacré à la famille Douay, G. Hertault et A. Douay consacrent un chapitre à la famille d'AUTANE, voici ce qu'ils racontent au sujet de notre personnage: "Quels étaient donc, quarante ans avant la Révolution, ces droits auxquels Jean-Charles d'AUTANE tenait tant?

Il y a d'abord l'hommage de fidélité au seigneur. Tout écart est considéré comme crime de félonie. A Allons, le code des rapports de domination- suborbination est loin d'être tombé en désuétude. Il règle les moindres détails de la vie du village. Le seigneur a droit à son banc à l'église. Sa famille a le privilège d'être enterrée en dessous de ce banc. Le seigneur a droit à l'encens au cours de la messe, après l'élévation. C'est lui qui porte la palme à la procession des rameaux...

Il y a ensuite les droits honorifiques spéciaux et notamment le "droit de silence". Les vassaux étaient obligés de marquer par leur silence le deuil du seigneur ou de sa dame. A l'automne 1772, une épidémie se déclare à Allons. Gabrielle de DEMANDOLX (sa femme avec laquelle il s'est marié le 6 septembre 1748) aidée du prieur s'emploie à soulager les malades et à aider les mourants. Bientôt atteinte elle même, elle meurt en décembre 1772. "

En septembre 1773, l'épidémie était passée, les Allonsais organisèrent la fête de la St. Domnin " la bravade est très réussie... mais n'est pas du goût du seigneur d'AUTANE [] Il intente un procès à ses vassaux citant 35 témoins à charge qui dépendent tous de lui par leur position. Le dernier n'a que 13 ans, mais peu importe... le droit est le droit.

Ce droit doit être appliqué dans toute sa rigueur. Ainsi Jean Charles d'AUTANE sera encore un des rares seigneurs à faire appliquer le droit de prélation. Il s'agissait d'un droit de préemption permettant au seigneur d'acheter des terres en payant au vendeur le prix inscrit sur l'acte seigneurial. Le seigneur pouvait ainsi reprendre telle terre qui lui convenait selon son bon plaisir et faire pression. Tombé en désuétude ce droit est invoqué par Jean-Charles d'AUTANE qui assigne Pierre Béraud le 9 mars 1772 pour "luy vuider et délaisser par droit de retrait seigneurial" diverses terres achetées pour 133 livres par son vassal et payées en trois fois: 1757, 1758 et 1769. Le retrait fut prononcé et le paysan ainsi doublement spolié puisqu'il avait en plus travaillé quinze ans pour bonifier son bien.

Jean Charles d'AUTANE intentera encore une autre procédure de ce genre en 1768 à Sausses. Parmi les droits seigneuriaux, figuraient aussi les droits de mutation. Enfin, et non des moindres, figurait le droit de redistribution des moyens de production par les seigneurs à leurs vassaux. "

A. Collomp explique la puissance des seigneurs ainsi: "Le pouvoir politique du seigneur est assuré par sa puissance économique. C'est le contrôle des moyens de production qui permet au seigneur d'exercer efficacement les droits seigneuriaux lucratifs et honorifiques". G. Hertault ajoute: "Leur influence était, comme on l'a vu, consolidée en envoyant leurs dames et demoiselles visiter les malades, les jeunes enfants et les femmes en couche. Leur pouvoir temporel était aidé par le pouvoir spirituel utilisé à bon escient. Allons connut plusieurs prieurs issus de la famille d'AUTANE.

Le seigneur enfin avait encore certains droits de justice en matière spirituelle, ainsi le droit de condamner à 3 livres d'amende tout blasphémateur du nom de Dieu et au percement de la langue, tout récidiviste. "

Ce représentant de la famille d'AUTANE, en imposant sa vision archaïque du droit, ne devait pas être très apprécié des Allonsais. Nous trouvons aux archives départementales de Digne de nombreux documents relatant des procès entre cette famille et les villageois:

En 1770, Jean-Charles d'AUTANE présente une requète de plainte contre Marie PELLEGRIN qui s'était exclamée "Tout seigneur que vous êtes, je vous casserai la tête d'un coup de rocher!" (Archives AHP B1237).

En 1786, la Révolution est proche, on se ressent déjà les prémices dans les propos des villageois. Le procès archivé B 1250 à Digne mentionne que les Allonsais ont insulté les dames du château d'AUTANE "criant à gorge déployée qu'elles étoient des vilaines, des souillons, des putains...".

Au caractère particulier de ce seigneur, il faut ajouter les nombreux problèmes de la communauté allonsaise. Les villageois payaient trois fois plus d'impots que leurs seigneurs alors que ces derniers possédaient toutes les bonnes terres du terroir. Voici ce que dit le rapport d'encadastrement des biens réalisé en 1698: "La communauté est en contantion depuis très longtemps avec les seigneurs et elle prétend quils ont du bien roturier quils possèdent comme noble mais comme elle n'a pas de titres pour le faire cette prétention luy est inutile; ou en tout cas quand elle en viendroit au bout elle seroit de peu de considération." (il n'existait pas de cadastre à Allons).

Un autre passage du même affouagement évoque une escroquerie réalisée par le seigneur de VILLENEUVE dont les Allonsais furent victimes: "Il y a Vauclause qui est affouagé un quart de feu et le seigneur dudit Vauclause sans titre ni fondement et par adresse fait ériger par le commis, les impositions de ce quart de feu de la communauté d'Allons cest à dire que cette pauvre communauté ne sen est jamais pris garde que despuis peu, les habitans estant estés topjour peu illetrés et ydiots quils auroient esté persuadés que Vauclause estoit tout noble et par concéquent non compris à l'affouagement.'

Les armoiries de la famille d'AUTANE

(d'argent pour le fond, de gueules pour la croix, surmontées d'un chef d'azur chargé de trois étoiles d'or) La devise familliale était : "In hoc signum robur meum"."

("Extrait")

Posté par Paul04 à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Un document d'André Honnorat sur l'histoire de St-André (1936)

Un document intéressant sur l'évolution du village de St-André : conference_honnorat_1936

Posté par Paul04 à 18:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10/06/09

Notice légale - Droit d'auteur pour ce blog.

Mentions légales

Vous êtes actuellement sur le site web intitulé par son créateur le Blog du Moyen Verdon, cette appellation n'est pas déposée et relève de la "liberté d'expression" de son créateur.

Certains articles sont proposés en commun avec le blog http://thoramehaute.canalblog.com/.

  • Droits de propriété intellectuelle portant sur ce site Internet

La structure générale, ainsi que les textes, photos, images et sons composant ce site sont la propriété de son créateur ou de son auteur. Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d'un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, est interdite, et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Les informations, pictogrammes, photographies, images, textes, séquences vidéo, animées sonores ou non, et autres documents accessibles sur le présent site Internet sont objets de droits de propriété industrielle et/ou intellectuelle et sont selon les cas, propriété du créateur ou de tiers ayant autorisé limitativement le créateur, à les utiliser. A ce titre, toute reproduction, représentation, adaptation, traduction et/ou transformation, partielle ou intégrale, ou transfert sur un autre site sont interdits. La copie à usage privé de ces différents objets de droits est autorisée. Leur reproduction partielle ou intégrale, sans l'accord préalable et écrit du créateur, est strictement interdit, à l'exception de celles réalisées pour les besoins de la presse.

Les liens hypertextes externes mis en place dans le cadre du présent site et les contenus des sites de tiers vers lesquels ils pointent ne sauraient engager la responsabilité de l'administrateur de ce blog.

Les utilisateurs du présent site sont tenus de respecter la légalité et, en particulier, les dispositions de la loi "Informatique et libertés", dont la violation est sanctionnée pénalement.

En outre, ils doivent s'abstenir, s'agissant des informations auxquelles ils accèdent, de toute collecte, captation, déformation ou utilisation et, d'une manière générale, de tout acte susceptible de porter atteinte à la vie privée ou à la réputation des personnes.

  • Données personnelles

En vertu des dispositions de la loi du 6 janvier 1978 précitée, les utilisateurs sont informés qu'ils disposent d'un droit d'accès aux informations nominatives les concernant et d'un droit de rectification et de suppression de ces données. Ces droits peuvent être exercés par simple mail.

Notes indicatives relatives à l'utilisation tolérée des textes et documents contenus dans ce blog

  • Tous les textes et documents sont susceptibles d'être utilisés après autorisation du ou des auteurs (envoyer un mail à blog.thorame.haute@gmail.com). Certaines images ou documents sont librement utilisables, pour vous en assurez envoyer un mail.

  • D'une manière générale, les textes et documents (lorsqu'ils ne sont pas eux-même soumis à des droits  d'auteur extérieur à ce blog) pourront être repris après autorisation, avec citation du ou des auteurs, sans transformation et  exclusivement en vue de travaux de recherche, d'information, ou d'illustration sans but lucratif (notamment : associations, organismes sans but lucratif et sans usage commercial, les sites internet du type encyclopédie libre, etc).

  • Les usages personnels sont tolérés dans les mêmes conditions.

  • D'une manière générale, toutes utilisations par les administrations publiques (qu'elle soit leur nature) et les organismes cultuels (reconnus ou non), ou ayant caractère religieux seront exclues.

  • D'une manière générale sont strictement exclues toutes utilisations dans un cadre commercial et ce qu'elle que soit sa nature, y compris les études et travaux de recherche rentrant dans le cadre d'un contrat pécuniaire ; y compris tous médias (en particulier internet ou papier) administré ou propriété d'une société commerciale et ce quelque soit sa nature ; y compris tout usage à but promotionnel, ou se voulant informatif ; y compris les encyclopédies commerciales ou les sites web se voulant informatifs tenus par des sociétés commerciales ou assimilées ; à l'exception des médias associatifs.

  • Les auteurs se réservent le droit d'utiliser tous les moyens juridiques légaux pour faire respecter leurs droits d'auteur.

Posté par Paul04 à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09/06/09

Le créateur du blog

Paul Giraud est Secrétaire de l’Association pour la sauvegarde du patrimoine culturel de Thorame-Haute.  Originaire du Haut et Moyen Verdon par sa famille, il se passionne pour les questions du développement local en lien avec la mise en valeur patrimoine, source d'équilibre entre besoins économiques vitaux et préservation du patrimoine culturel, social mais aussi environnemental.

Il est titulaire d’un Master Evaluation des politiques publiques et d’une Licence de Droit mention Administration économique et sociale. Parmi ses travaux et centres d'intérêt, on trouve notamment la gouvernance démocratique à travers la participation citoyenne, le partage de l'information et du pouvoir, la transparence dans les processus décisionnels qui permettent de désamorcer les conflits, mais aussi de s'approprier l'action politique et d'en renforcer la légitimité.

Il s'intéresse aux problématiques environnementales et énergétiques, à la préservation des paysages. Il est également très sensible  au dynamisme de la vie associative, et au secteur de l'économie sociale.

Cliquez ici pour faire plus amplement connaissance

Retrouvez l'auteur sur Viadeo :

Posté par Paul04 à 15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,